La Nouvelle République – L’année François I<sup>er</sup>, retour vers le passé
Présenter l’un des plus grands rois de France peut-être fait de manière élitiste, universitaire et rébarbative, ou de façon plus ludique, innovante, dynamique et passionnante.

Benoist Pierre, directeur du département d’histoire et d’archéologie de l’université François-Rabelais, co-organisateur du 58e Colloque international d’études humanistes, annonce la couleur, pédagogique : « Le colloque «  François Ier, roi de Guerre, roi de Paix  » est un prélude intellectuel, introduction à la reconstitution historique d’une fête de cour ayant eu lieu en 1518 afin de célébrer la victoire de Marignan. »
Ainsi, une trentaine des meilleurs spécialistes nationaux et internationaux se sont réunis du 30 mai au 3 juillet afin d’ouvrir à un large public les nouvelles connaissances autour du roi.
De nombreuses conférences auxquelles s’intégraient des discussions avec le public, étaient ouvertes à tous : érudits, chercheurs, amateurs…

Un projet imbriqué dans une dynamique générale

Toujours dans cette optique d’accessibilité, de création de liens et de dynamiques interdisciplinaires, diverses opérations sont menées par le Centre d’études supérieures de la Renaissance (CESR) telles que le programme « Intelligence des Patrimoines », une reconstitution en 3D du château de Chambord, l’étude des musiques dans les résidences royales à la Renaissance…
Benoist Pierre rappelle aussi la volonté du CESR de « renouveler le savoir enseigné et de l’ancrer dans une réalité pour les étudiants ».
Financés par la Région, beaucoup de ces projets portent sur le domaine de Chambord, symbole de l’ambition architecturale de François 1er. La dernière journée du colloque s’y déroule donc et se conclut par une visite du château.

Pour en savoir plus sur le CESR, et les différents projets évoqués : https://francois1er.univ-tours.fr / http://marignan2015.univ-tours.fr / http://www.cesr.cnrs.fr / http://intelligencedes patrimoines.fr/

Publié le 04 juillet 2015 par Lisa Darrault pour LaNouvelleRépublique