La Croix – Le Val de Loire fête François I<sup>er</sup>

Il y a cinq cent ans, François Ier venait de monter sur le trône de France. Le 25 janvier, cela a fait cinq cent ans aussi qu’il a été sacré à Reims. Et en septembre prochain, 500 ans qu’il a remporté à Marignan une victoire contre les Suisses. A l’époque le royaume de France avait encore des prétentions sur le Milanais et pour essayer de les faire valoir, allait guerroyer en Italie.

Mais François Ier n’était pas seulement un roi guerrier. C’était aussi un prince architecte, un poète, un connaisseur des arts italiens de la Renaissance qu’il a contribué à introduire en France. On lui doit une partie des magnifiques châteaux de la Loire, notamment une partie de celui de Blois et en totalité celui de Chambord dont il se servait de lieux de villégiature (en ce temps-là, la cour était itinérante et allait d’une résidence à l’autre) et aussi comme faire valoir pour montrer au monde entier qu’il était un grand roi.

Pour marquer le 500 anniversaire de cette date autrefois considérée comme essentielle de l’histoire de France (elle figurait sur la liste de dates historiques que tous les écoliers devaient apprendre par coeur), de nombreuses festivités, expositions et colloques seront organisés cette année :

Tout d’abord, une exposition à la Bibliothèque nationale de France, la BNF,  « François Ier, pouvoir, image ». Du 24 mars au 21 juin

Et aussi une exposition au château de Blois, « Trésors royaux. La bibliothèque de François Ier ». Du 4 juillet au 18 octobre.

Un colloque scientifique du 30 juin au 3 juillet, organisé par le Centre d’études supérieures de la Renaissance. La journée du 3 juillet aura lieu au Domaine national de Chambord. Un volet spécifique de ce colloque sera en effet consacré à l’étude de Chambord qui sera vu non seulement sous l’angle de l’espace de cour, du lieu de repos et du pavillon de chasse dévolus au roi de guerre, mais aussi comme l’expression symbolique et monumentale de son affirmation, à travers la concurrence artistique que se livrent les princes d’Europe.

Une reconstitution de la grande fête donnée par François Ier en 1518 aura lieu au château du Clos Lucé à Amboise les 26 et 27 juillet et les 24 et 25 juillet à Romorantin-Lanthenay. L’année 1518 marque en effet une étape décisive dans l’affirmation du pouvoir du jeune roi François Ier, auréolé de sa victoire à Marignan, trois ans plus tôt. La cour royale d’Amboise sert de cadre prestigieux au baptême du Dauphin et à un mariage princier. La fête aura été préparé par Léonard de Vinci. Trois cents personnes en costumes et armes de l’époque participeront à cette reconstitution historique.

Ce pourrait être aussi l’occasion de visiter (ou revisiter) les châteaux de Blois, de Chambord ou de Fontainebleau.

Et pourquoi pas d’aller à Ecouen, dans le Val d’Oise, découvrir le musée de la Renaissance ?

Le château qui l’abrite est facilement accessible depuis Paris en voiture ou en train (ligne H du RER en gare du Nord, puis bus 269, descendre à l’arrêt Mairie-château). Construit pour le connétable Anne de Montmorency, véritable « premier ministre » de François Ier, ce château devenu musée possède une extraordinaire collection d’objets de la Renaissance : tentures, meubles, vaisselles, vitraux, armes, objets du quotidien et aussi une très belle copie – la première sans doute – de La Cène de Léonard de Vinci. Sa visite permet de découvrir que la Renaissance n’est pas, comme on le croit parfois en France, un mouvement copié de l’Italie, mais le résultat d’une interaction artistique entre tous les pays européens, à l’époque de ce que les spécialistes appellent la « première mondialisation ».

 L’ensemble des événements, expositions, animations organisées à l’occasion de cette année François Ier se trouvent sur le site François1er.org.

Pour en savoir plus sur les mille manières de découvrir le Val de Loire, consulter le site  www.coeur-val-de-loire.com.  Les amateurs de marche à pied trouveront leur bonheur, eux, sur le site www.randonnee-en-val-de-loire.com 

X

Publié par Paula Boyer le 27/02/2015 pour LaCroix.com